Glossaire des lieux d’innovation

 

De nouveaux types de lieux dédiés d’une façon ou d’une autre à l’innovation émergent un peu partout dans la société et dans les entreprises, sous l’appellation générique “Plateforme d’innovation”. Du living lab au lab d’innovation en passant par la salle projet et l’incubateur, ce foisonnement est parfois difficilement lisible et demande clarification. Ça tombe bien, je n’arrivais pas à dormir hier soir !

Après 3 ans à hanter, aimer puis créer des lieux innovants, voilà une première classification des principaux concepts que l’on trouve aujourd’hui : 

Une première différenciation

Parmi les lieux d’innovation, effectuons une première séparation entre les lieux dits “ouverts”, qui accueillent tout type de public et sont la plupart du temps gérés de façon indépendante ou par des collectivités, et les lieux dits “corporate” qui appartiennent à des entreprises ou regroupement d’entreprises et servent principalement leurs intérêts et ceux de leur écosystème.

Les lieux d’innovation ouverts entrent dans la catégorie des Tiers-lieux, terme initialement traduit de l’anglais “The Third place”. Il fait référence à un lieu d’un point de vue sociologique qui n’est ni le lieu de travail ni la maison, mais se place à l’intersection de ces deux mondes. Il s’inspire du livre datant de 1980 “The Great Good place” de Ray Oldenburg qui précise que les Tiers-lieux sont des espaces physiques “destinés à la vie sociale de la communauté, et se rapporte à des espaces où les individus peuvent se rencontrer, se réunir et échanger de façon informelle”.

 

Les Labs ouverts ou “Tiers-Labs”

Fablabs

Les Fablabs sont une classe de tiers-lieux (donc ouverts, libres et extérieurs à une entreprise) répondant à une charte très précise (http://www.labfab.fr/charte-fablab/) et permettant au grand public de se familiariser avec les nouvelles technologies, le prototypage rapide et le “DIY” (Do It Yourself). Leur fonctionnement est fondé sur l’expérimentation, la contribution communautaire et l’éducation, ce qui nous amène au format suivant.

Living lab

D’après Uzbek et Rika, les living labs ont germé en Europe bien avant la vogue actuelle des fablabs. Ces lieux sont d’ailleurs souvent confondus. Ils ont en effet un point commun : ce sont des lieux de co-conception de solutions innovantes associées principalement aux nouvelles technologies, portées par les bénéficiaires, des experts ou fournisseur de solutions, des acteurs publiques ou privés.

Mais si le Fablab est un lieu d’expérimentation, le Living lab quant à lui vise à développer des innovations concrètes, dans “la vraie vie” et à tester un déploiement réel dans le réseau du lab. Le Living lab est d’ailleurs souvent associé à une méthodologie complète d’innovation collaborative prenant un lieu comme appui, plutôt que comme le lieu lui-même.

Les Labs d’entreprise ou “corporate labs”

Laboratoire d’innovation ou lab d’innovation : le laboratoire d’innovation est un outil organisationnel mis en place par les entreprises pour accélérer leur stratégie d’innovation. Il s’agit d’avoir un lieu symbolique, souvent (et c’est préférable !) un peu à la marge de l’entreprise, dans lequel expérimenter de nouveaux modèles de management, monter des projets innovants et se connecter à un écosystème local inspirant. Le lab d’innovation se caractérise souvent par des processus différents du reste de l’organisation (souvent plus libres), des outils et méthodes de créativité, du mobilier modulable et, parfois, des machines de prototypage rapide (imprimantes 3D, découpeuses laser…). En tant qu’outil de stratégie, il doit atteindre des objectifs de transformation, d’innovation et/ou d’acculturation des collaborateurs et doit donc être animé par un “lab manager” garant de son bon usage. Ce dernier est responsable de de la programmation du lieu (conférences, réservations, événements, …) de trouver les bons prestataires de service ou bons interlocuteurs internes pour l’organisation de formations, d’ateliers ou d’accompagnement de projets.

Image du Crealab : laboratoire d’innovation de Groupama Rhône Alpes Auvergne

Le concept de laboratoire d’innovation se décline selon les enjeux de l’entreprise 

  • Laboratoire digital : un lab digital permet à l’entreprise d’expérimenter de nouveaux usages digitaux et d’accélérer sa transformation digitale. Il se caractérise souvent pas des technologies dernier cri, comme des casques de réalité virtuelle ou augmentée et des machines de prototypage rapide. Les laboratoires digitaux peuvent être assimilé à des “fablabs d’entreprise”.
  • Learning lab : pour innover et se transformer, il est nécessaire d’acquérir de nouvelles compétences, comme la créativité, la collaboration ou l’esprit critique. Le learning lab est le bon outil pour développer ces compétences chez ses collaborateurs, en leur proposant un environnement d’apprentissage innovant et correspondant aux usages du mode projet. Un learning lab se caractérise par du contenu pédagogique (en partie digital) omniprésent, du mobilier propice à l’organisation d’ateliers et de formations en “learning by doing” (les apprenants se forment en faisant) et l’organisation de conférences inspirantes sur les usages et technologies de demain.

On peut également décliner le concept de Lab d’innovation en salles à usage précis demandant moins de ressources qu’un lab animé :

  • Salle de créativité : une salle de créativité a pour objectif de booster la créativité de ses occupants. Elle est conçue pour faciliter le management de la créativité et rendre naturelle les séances de créativité (brainstorming, atelier KCP, …) Pour être réussie, elle doit être pensée comme un véritable outil et non comme un simple espace de travail. Du matériel de créativité est à disposition, des méthodes de créativité sont affichées au mur et, si possible, un facilitateur s’occupe d’animer les séances de créativité.
  • Salle de réunion créative : à ne pas confondre avec une salle de créativité, une salle de réunion créative n’est pas pensée pour organiser des séances de créativité. C’est une salle permettant d’organiser des réunions traditionnelles (ou presque) dans un cadre plus sympathique et impactant que d’habitude. Elle se caractérise généralement par des couleurs vives des meubles un peu fun et une ambiance positive et ludique.
  • Salle projet : pour répondre aux enjeux de réactivité et d’agilité dans un environnement complexe, le mode projet se développe de plus en plus dans les entreprises. Celui-ci suppose de nouveaux usages au travail (plus de collaboration transversale, plus d’autonomie, plus de créativité…) qui sont parfois entravés par l’organisation des espaces traditionnelle. Une salle dédiée permettant aux équipes projet de venir travailler autrement est alors un vrai outil au service de la productivité collective. Une salle projet se définit par son aménagement qui doit être radicalement modulable (voir notre gamme de mobilier Multi dédiée au mode projet) pour s’adapter très rapidement aux différentes phases d’un projet. L’accent de ce type de salle est mis sur l’opérationnel et la productivité plus que sur l’esthétique (même si les deux font toujours bon ménage…  !)

Autres lieux d’innovation

  • Co-working : Parmi les lieux d’innovation, citons également les co-workings ou espaces de travail partagés qui, bien que n’étant pas initialement conçus pour innover, sont bien souvent des catalyseurs d’innovation. En effet, ces lieux réunissent au même endroit des locataires tous différents et changeant souvent ce qui favorise les échanges, les rencontres et, donc, les idées neuves. De plus ces lieux accueillent souvent de nombreuses startups et indépendants qui sont des innovateurs naturels. Bref, les espaces de co-working, en tant que nœud au sein des écosystèmes innovants, sont eux-mêmes des lieux propices à l’innovation.
  • Incubateur : un incubateur est un lieu accueillant et accompagnant des startups dans les toutes premières phases de leur existence (parfois même avant leur création). La qualité d’un incubateur se définit avant tout par la qualité de l’accompagnement fourni et du réseau mis à disposition pour réaliser des tests produits et commercialiser.
  • Accélérateur : un accélérateur reprend le concept de l’incubateur, mais pour des startups plus avancées dans leur développement (3 – 6 ans d’existence le plus souvent) et cherchant à grandir. De la même façon, c’est l’accompagnement sur la consolidation du projet et sur l’industrialisation ainsi que le réseau de déploiement commercial qui font la force d’un accélérateur.

Vous souhaitez en savoir + sur les laboratoires d’innovation ?