Quel est le meilleur moyen d’innover ?

Fév 11, 2020Innovation

Retour au Digilab >> Quel est le meilleur moyen d’innover ?

En voilà une prise de tête : comment les entreprises peuvent-elles continuer à innover lorsqu’elles atteignent une taille conséquente et se retrouvent ralenties par des procédures, des hiérarchies, des organisations en silos et des bonnes vieilles habitudes difficiles à remuer ?

Certaines essayent de copier le mode “startup” avec une approche décontractée et plus horizontale, mais est-ce que cela fonctionne vraiment ?
D’autres organisent des hackathons, allant souvent chercher l’inspiration auprès de développeurs et profils techniques, est-ce efficace ?
De notre côté, après avoir rencontré de nombreuses entreprises, nous sommes persuadés que le meilleur moyen de porter efficacement des projets d’innovation dans de grosses structures passe par la création d’une structure “externe”, décentralisée laissant place aux idées des collaborateurs de germer, grandir mais surtout explorer et se planter, on appelle ça un lab d’innovation.
Nous l’appelons lab d’innovation car cela nous semble être la version la plus complète, mais pour certains et selon leurs objectifs, ce sera une salle créative, salle projet, learning lab… On vous a fait un glossaire qui explique la différence entre tous ces termes ICI

Ce lab d’innovation sera un endroit ou les chefs de projets, ou intrapreneurs pourront se rassembler, échanger, travailler ensemble avec préférablement l’aide de partenaires externes, de leur écosystème. Ce lieu d’innovation leur permettra d’explorer toutes leurs idées sans être liés et contraints par les procédures de leur structure habituelle et ses potentielles restrictions. Cela permettra également d’explorer en mode “bac à sable” sans prise de risque pour la structure mère. Bien entendu, lorsque la proposition de valeur sera validée, l’innovation pourra être ré-intégrée dans l’entreprise.

Regardons plus en détail ce qui se passe à l’intérieur de ce lab d’innovation – ou en d’autres termes, qu’est ce qui crée l’innovation dans le lab d’innovation ? Quelle magie s’opère ? 

Rassurez-vous, il n’y a rien de magique, et fort heureusement ! De vraies méthodologies s’appliquent afin de maximiser le “succès” des labs d’innovation. Vous remarquerez que j’ai mis succès entre guillemets, c’est en effet mon premier point : qu’est-ce que le succès d’un lab ? Comment le mesure t-on ? Et pour mesure vous l’aurez compris il faut DES OBJECTIFS !

1/ Des résultats tangibles 

Les entreprises ayant déjà un lab d’innovation – ou salle créative – mesurent souvent le succès de cette dernière par le nombre d’idées générées ou le nombre d’ateliers intéressants qui ont été organisés au sein du lab. Mais les questions à se poser sont quels sont les vrais objectifs quantitatifs et qualitatifs à atteindre au sein de ce lab et comment les mesure t’on ? 

Chez Exoflow nous mesurons souvent les critères de réussite d’un lab selon les éléments suivants :

– ouverture sur l’écosystème : cela permet d’enrichir les projets et les porteurs de projets. On pourra se demander qui sont les partenaires et comment interviennent-ils dans les projets innovants ? Combien d’évènements sont organisés avec les partenaires (startups, institutions, associations…) ? Fixe t’on un nombre minimum de partenaire externe par projet ? 

2/ L’implication des intrapreneurs

L’implication des intrapreneurs – ou chefs de projet – tient parfois beaucoup aux profils choisis. Changer son quotidien, vivre une nouvelle expérience, un truc un peu plus fun, c’est tentant pour les chefs de projet ! Mais créer une entreprise – ou un projet entrepreneurial – n’est pas une route facile. Cela demande d’avoir un vrai esprit entrepreneurial et de la résilience. 

Comment choisir les “heureux élus” c’est-à-dire ceux qui passeront le plus de temps dans le lab ? Quelles sont les conditions requises pour bénéficier de cette opportunité ? Et bien entendu, qu’est-ce que cela implique en termes de formation et d’accompagnement ?

En effet, l’implication des intrapreneurs pourra également varier selon l’accompagnement reçu tout au long du projet, le temps consacré au projet et les formations reçues pour monter en compétence sur des points qui ne sont pas directement lié à son métier initial.🔜 Sur ce point nous vous préparons des retours d’expériences d’intrapreneurs qui seront bientôt disponible sur le Digilab

3/ L’alignement stratégique 

Rappelons-le : innovation = invention + diffusion 

Les intrapreneurs peuvent travailler sur des inventions, mais cela ne sortira jamais du lab et sera une perte financière si on ne pense pas dès le début à la réintégration du projet et sa diffusion par rapport au cœur d’activité de l’entreprise. Sauf bien entendu, si l’objectif n’est PAS de réintégrer une innovation. Certaines entreprises peuvent par exemple préférer la création de filiale, spin-off. 

Les domaines d’innovation à explorer doivent être identifiés en amont et on doit impérativement partir du besoin présent ou futur de l’utilisateur final.

La “liberté” d’innover, d’explorer pourra ensuite se réaliser pleinement dans ce domaine défini.

4/ Le problème à résoudre 

Comme mentionné dans notre précédent point, il est impératif de partir de l’utilisateur final. 

Quel problème devons-nous résoudre ? Il peut arriver que des porteurs de projets se retrouvent à développer des technologies en vogue pour finalement se demander quel problème ils allaient résoudre…Pour cela il faut consulter ses utilisateurs tout au long du processus de création. Les entreprises ont par ailleurs souvent des procédures en place pour les retours clients, pourquoi ne pas commencer par-là ?

5/ Penser avant d’agir

Cela semble évident, mais en pratique les porteurs de projets doivent parfois montrer à leur hiérarchie que le projet avance et obtenir des premiers résultats pour justifier l’allocation des ressources. Cela dépendra des objectifs fixés en amont mais généralement, cela semble normal que l’entreprise requiert un retour sur ce qui se passe dans le lab.  Pourtant, il est important que les porteurs de projet respectent les méthodologies de gestion de projets et cela implique 1/ des phases de réflexion 2/ de potentiels retours en arrière pour itérer et re-tester. 

Pour consulter les méthodologies de gestion de projets innovants, nous vous parlons Design Thinking ICI

En conclusion, pour en finir avec les labs d’innovation vides ou mal utilisés, il existe de nombreuses façons de fonctionner ! Mais nous insistons surtout sur deux points qui nous paraissent cruciaux : les labs managers et autres équipes innovation en charge des labs doivent mettre en place de vrais objectifs et surtout appliquer une approche tournée vers l’utilisateur. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

logo Exoflow

Prenez de l’avance en vivant l’expérience d’un lab d’innovation.

contact

4 place Raspail
69007 Lyon